Accord de participation de l’UES COVEA 2020 – 2021 – 2022

OUI mais…

Les syndicats CGT Covéa ont majoritairement pris la décision de signer le projet d’accord de
participation présenté par la direction. Cette année encore, nous signerons un accord de type
dérogatoire dont les modalités de calcul restent identiques.

Pour autant, quelques nouveautés ont été apportées par la direction :

  • Les salariés de COVEA D (groupement des salariés mis à la disposition de l’UES) pourront
    bénéficier de cet accord bien qu’ils ne fassent pas partie de l’UES COVEA.
  • Leurs salaires seront intégrés dans la masse salariale servant au calcul de la participation
    et donc intégrée aux oeuvres sociales des CSEE COVEA pendant 7 ans.
  • Le montant maximum attribué à un même salarié ne pourra désormais pas excéder une
    somme égale aux 3/4 du plafond annuel de la sécurité sociale (PASS). Ce plafond était
    réglementairement fixé à 50% du PASS dans l’accord précédent. Un petit bonus pour les
    cadres supérieurs. Si les droits d’un salarié devaient dépasser ce montant, la différence
    serait automatiquement reversée à tous les autres bénéficiaires de l’accord.

La direction a répondu positivement mais partiellement à notre revendication de neutraliser tous
les arrêts liés au COVID 19 sur toute la période de l’accord. Au final, elle accepte de neutraliser
ces arrêts mais uniquement pendant la première vague.

Par contre, elle oppose toujours un refus à notre demande de versement d’une prime de
participation égalitaire (plus favorable) à tous les salariés. La direction dit ne pas vouloir pénaliser
les cadres (surtout les cadres dirigeants !)

Enfin, la direction n’a pas accepté notre demande d’un assouplissement des tranches que nous
avions proposées.

Pourquoi la CGT a signé cet accord

Nous savons que ces primes, dont le montant n’est pas négligeable, sont très attendues par les
salariés. Elles compensent des niveaux de salaires insuffisants.

En cas de non signature de cet accord dérogatoire c’est la formule légale sur la participation qui
s’appliquerait. Vu le montant de nos capitaux propres (16 milliards en 2019), si les bénéfices sont
inférieurs à 800.000.000 le montant de la participation aurait été = ZERO.

C’est pour cette seule raison et en responsabilité que la CGT a signé cet accord.

Prime de participation et d’intéressement = jeu de dupes

  • Ce mode de rétribution reste aléatoire.
  • Il se substitue progressivement à la politique salariale et contribue à maintenir les salaires
    à la baisse.
  • Les critères de productivité exigés vont toujours à l’encontre des conditions de travail et de
    l’emploi.
  • Les primes ne sont pas soumises à cotisations sociales. Autant de recettes en moins pour
    la protection sociale, la retraite des salariés. C’est bien du salaire différé en moins.
  • Le mode de répartition est inégalitaire et favorise ceux qui gagnent le plus. Nous
    participons tous à la création des richesses de l’entreprise.
  • Le principe de l’abondement incite le salarié à se transformer en « boursicoteur » et enrichit
    des fonds de pensions dont le rendement reste incertain, tout particulièrement en période
    de crise comme nous avons pu le voir avec Natixis.
OUI à de vraies augmentations de salaires pérennes
NON à la rémunération CASINO !
Imprimer cet article Télécharger cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.