Port du masque obligatoire, les réponses du médecin du travail (Tract CSEE Niort)

DEPUIS LE 24 AOUT, LE PORT DU MASQUE EST OBLIGATOIRE POUR TOUS LES SALARIES, A L’EXCEPTION DE CEUX QUI BENEFICIENT D’UN BUREAU INDIVIDUEL OU QUI SONT SEULS DANS LEURS BUREAUX.

Vos élus ont soumis un certain nombre de questions au Médecin du travail de Niort. Voici ses réponses, et nous l’en remercions:

  • « Il est évident que les nouvelles dispositions prises dans l’entreprise à partir du 24 août vont modifier les conditions de travail des salariés. Le port du masque n’est pas la solution idéale, mais tant que la vaccination n’est pas possible, c’est le moyen le plus efficace pour essayer d’endiguer l’épidémie de COVID 19, associé aux gestes barrières. »
  • A sa connaissance, aucune étude ne démontre de conséquences physiologiques sur les personnels portant des masques de façon permanente.
    Il rappelle :
    – Qu’il est « important de s’assurer de la prise de pauses (définies par le règlement intérieur) pour s’oxygéner (éviter le tabac). »
    – Que les dotations doivent permettre de changer de masque dès que celui-ci devient humide, ou que la personne éternue
    Que la visière ne remplace pas le port du masque, elle vient en complément pour protéger le reste du visage en cas de contacts rapprochés
    Que le télétravail est recommandé dans les zones où le virus circule (…) et qu’il serait judicieux de le mettre en place lorsque le métier le rend possible
  • Il souligne le fait que : « La prise des repas au poste de travail, sur le plateau, semble (…) paradoxale. Il serait bien de l’étendre à d’autres endroits, de préférence ventilés. »
  • Enfin, il reconnait que le masque est plus difficile à porter pour les personnes souffrant de maladies respiratoires. Il précise toutefois que le port du masque étant un moyen de prévention, il ne pourra être contre-indiqué que de façon exceptionnelle, dument justifiée par l’état de santé (avec certificat du médecin traitant ou d’un spécialiste).

Ainsi, outre la nécessité de porter le masque lorsque le télétravail n’est pas possible, le médecin du travail confirme le fait :

  • Que le port du masque impacte les conditions de travail et peut présenter une réelle gêne pour certaines personnes en raison de leur état de santé
  • Que le télétravail est une mesure de prévention judicieuse, dès lors que le métier le rend possible
  • Que la solution de la prise de repas au poste de travail sans masque n’est pas satisfaisante
LA CGT COVEA DEMANDE DONC A LA DIRECTION :
  • De ne pas focaliser les mesures de prévention sur le port du masque et d’étudier toutes les mesures possibles
  • De faire une réelle étude, avec les instances compétentes, sur l’impact des différentes mesures, dont le port du masque, sur les conditions de travail, et d’étudier l’ensemble des mesures de préventions possibles selon les situations de travail
  • De réaliser une étude de façon à concilier au mieux la nécessité de porter un masque, les contraintes liées à l’état de santé des salariés (le port des masques dits grands public est contrindiqué pour les personnes à risque), l’impact sur les conditions de travail par unité de travail, et les contraintes budgétaires.

 

Bon à savoir :
Résumé, issu de l’institut de recherche et de sécurité (INRS) reprenant les performances en matière de filtration :

Imprimer cet article Télécharger cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.