Déclaration des RS CGT au CSEC du 8 novembre 2021 sur le projet BRETZEL – fusion-absorption de GESPRE Europe par MMA IARD SA

Les représentants syndicaux CGT au CSEC ont pris connaissance du dossier ainsi que des divers échanges liés à la présentation de ce document.

À la première lecture, on pourrait être enthousiaste et se dire que l’opération est tout à fait normale et conviendra à tout le monde.

Lorsqu’on s’intéresse aux détails en revanche on constate que les questions posées n’ont pas forcément reçu de réponse et si celles-ci devaient parvenir dans un second temps, cela n’a pas été le cas.  Force est de constater que les élus et RS doivent rendre un avis sans même avoir eu l’ensemble des informations qu’ils souhaitaient avoir.

La finalité posée est d’intégrer la structure dans MMA IARD SA puisque celle-ci travaille à 100% pour le Groupe. Logique. Elle serait logée dans la DOSP et cela n’affecterait pas le lieu de travail des salariés de GESPRE.

Lors du CSEC du 5 octobre dernier le directeur a bien précisé qu’il s’agissait  «  bien de procéder à cette simplification de son organisation pour rationaliser les structures de Covéa, et d’optimiser les coûts de fonctionnement pour la compétitivité du Groupe. ».

Sur le rattachement à MMA plutôt qu’à GMF la réponse laisse perplexe : un rattachement qui se veut plus simple  pour permettre aux RH de fluidifier le process ? Alors même que le statut commun leur sera appliqué ?

Sur le point de l’intégration là aussi des questions se posent : il est urgent de simplifier et d’intégrer les salariés pour autant les 57 salariés vont rester sur leur site d’origine !   Avec des salariés dédiés à des fonctions support dont nous ne connaissons pas vraiment le point d’atterrissage.

Sur les conditions de leur devenir et les FOT il n’y a pas moins de 4 fiches différentes, alors qu’aujourd’hui les salariés à l’horaire sont a priori tous gérés de la même façon.  Seuls les forfaits jours auront un modèle plus séduisant puisque des 218 jours travaillés ils passeront à 200 jours. Quant à la charge de travail … Ce point n’a pas été abordé.

Il en va ainsi de toute la présentation puisqu’on nous a indiqué que les avantages sont plus conséquents en tant que salarié Covea vs salarié GESPRE alors même que nous n’avons pas les éléments de comparaison.

Si le volet fiscal et juridique semble ficelé nous avons des craintes sur le volet social. Le modèle du Groupe risque d’être imposé sans négociations ni tenir compte des réalités du terrain.

Pour l’ensemble de ces raisons les RS CGT, s’ils avaient pu participer au vote, auraient pris acte du projet de fusion.

Imprimer cet article Télécharger cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.