Égalite femmes hommes, passons des paroles aux actes

Appel à la grève

Nos secteurs d’activité ont beau multiplier les communiqués de presse, les annonces ou les publicités, rien n’y fait.
L’enquête menée par l’association « FINANCIELLES* » auprès des étudiants et étudiantes en master dans les grandes écoles et universités est sans appel.
L’égalité femmes hommes est un sujet important pour les étudiantes et étudiants en master. Ces derniers jugent sévèrement nos secteurs d’activité sur ce sujet que ce soit en matière de salaire ou d’évolution de carrière.
44 % des femmes interrogées estiment que le secteur de la banque de l’assurance et de la finance est le plus inégalitaire (devant l’industrie 22 %)
Et là ce n’est pas que la CGT qui le dit.
Depuis plusieurs années La CGT agit pour faire de l’égalité une réalité.
La preuve, dans nos secteurs, la première action de groupe « égalité professionnelle » dans le secteur privé est menée par le syndicat CGT de la caisse d’épargne Ile-de-France.
Des solutions existent.
À l’heure où les entreprises de nos secteurs s’interrogent sur l’attractivité de nos métiers, les directions auraient tout intérêt à prendre à bras-le-corps ces questions et cesser d’être dans le déni quasi permanent en la matière.

Pour faire de l’égalité une réalité,

la CGT propose notamment :

  • De garantir l’égalité salariale, pour cela passer d’une obligation de moyens à une obligation de résultats pour les employeurs.
  • Débloquer des enveloppes spécifiques qui ne viennent pas diminuer les enveloppes globales d’augmentation
  • Revaloriser les métiers à prédominance féminine (ex : conseillère de clientèle particulière, gestionnaire de paye, gestionnaire ressources humaines, gestionnaire
    back-office…)
  • Mettre fin aux discriminations
    o Ajout dans les bilans sociaux des entreprises d’un indicateur permettant de mesurer les discriminations sur les carrières (sexiste, raciste, syndicale… )
  • Protection des femmes enceintes et soutien à la parentalité
    o Aménagement des postes de travail dès l’annonce de la grossesse
    o Allègement du temps de travail avec maintien de salaire
    o Maintien de salaire pour le co-parent en congé parentalité
  • Mettre en place des mesures pour lutter contre les violences sexistes et sexuelles au travail et pour protéger les femmes victimes de violence.
INDEX ÉGALITÉ SALARIALE : STOP À L’HYPOCRISIE

Comment expliquer que 99,9 % des entreprises aient obtenu une bonne note, les exonérant de sanction, alors que les femmes gagnent en moyenne 28,7 % de moins que les hommes ?
Parce que l’index égalité salariale comporte des biais qui invisibilisent les inégalités. Et qu’il n’y a aucune transparence : les syndicats et l’Inspection du travail ne peuvent pas vérifier le calcul de l’employeur.

La CGT exige qu’il soit modifié au plus vite

50 ANS ET TOUJOURS PAS APPLIQUÉE

Nous fêtons cette année les 50 ans de la loi qui impose non seulement un salaire égal pour un travail égal, mais aussi un salaire égal pour un travail de valeur égale. Autrement dit, la loi impose de comparer des métiers différents, mais de valeur égale, pour garantir une égale rémunération, avec quatre critères : le diplôme, l’expérience acquise, les responsabilités et la charge physique et nerveuse. Les employeurs qui discriminent et ne respectent pas la loi doivent être sanctionnés !

L’égalité est l’affaire de toutes et tous.
L’inégalité n’est pas une fatalité.
Le 8 mars, ensemble agissons

*A l’initiative de femmes cadres Financi’Elles est aujourd’hui la première fédération de réseaux de promotion de la mixité du secteur


Lieu de rassemblement :

  • Lyon, 15 h 40, devant la Préfecture
  • Le Mans, 14 h 00, devant l’entrée principale du Centre hospitalier
  • Niort, 11 h 30, Place de Brèche
  • Paris, départ Gare du Nord à 14 heures
Imprimer cet article Télécharger cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.