Négociations en cours, que retenir de la réunion du 2 juin 2022 ?

Intéressement UES

Notre demande concernant le versement d’une prime égalitaire n’a été suivie par aucune autre organisation syndicale et la Direction se retranche derrière le fait que l’accord existant ne le prévoit pas et qu’il n’y a pas de raison de modifier la répartition.
La CGT maintient sa demande, considérant que les salaires les plus hauts ne sont pas plus méritants que les salaires les plus bas.
S’agissant des critères de « bonus », la direction accepte de les dissocier. Désormais ce ne sont plus les 3 critères qu’il faut atteindre pour dégager une enveloppe complémentaire, mais 2 sur 3. Ainsi, si 2 critères sur 3 sont atteints l’enveloppe de l’intéressement sera bonifiée de 0.66% et de 1% si les trois critères sont atteints.
Notre revendication a été partiellement entendue car nous demandons que chaque critère soit pris en compte indépendamment.

Mesure salariale spécifique au niveau de l’UES Covéa suite au non renouvellement de l’intéressement Groupe 2019-2020-2021

La direction répond favorablement  à notre revendication d’appliquer l’augmentation salariale à tous les salariés présents au 31/12/2022 et non plus 2021. C’est une bonne nouvelle pour tous les salariés embauchés en 2022 !
Par contre, la direction maintient la date du 01/01/2023 pour mettre en place cette mesure salariale et reste sur 950 euros bruts annuels. Nous sommes pourtant 4 organisations syndicales sur 5 à demander la mise en place en 2022 et seule la CGT demande 1149 €.
La Direction doit revoir sa copie !

Prorogation des mandats des membres des CSEE

La CGT s’est prononcée contre la prolongation des mandats des élus CSEE. Pourquoi ?
La direction et certains syndicats ont fait le choix d’appliquer la durée de mandat la plus longue : 4 ans. Un syndicat voudrait, pour des raisons obscures, allonger la mandature à fin 2023. Où est l’intérêt des salariés dans cette affaire ? Pourquoi jouer les prolongations ? Notre entreprise s’est profondément transformée depuis 4 ans.  Nous ne voulons pas retarder ce moment démocratique important pour les salariés. L’unanimité des OS étant nécessaire pour prolonger les mandats des élus, les élections auront donc bien lieu comme prévu en mai 2023.

Fonctionnement du Comité de Groupe

La direction veut « simplifier » et  alléger les prérogatives du comité de groupe pour concentrer les consultations sur le seul Comité Social et Economique Central (CSEC). Le comité de groupe n’aurait plus le pouvoir de consultation et serait cantonné à traiter des sujets mineurs.
Cette concentration des pouvoirs sur le seul CSEC n’est pas propice au dialogue social auquel nous aspirons.
Autre régression démocratique qui n’est pas fortuite, le comité de groupe fonctionne sur la base de la représentativité syndicale. Chaque syndicat dispose d’élus proportionnellement au résultat des élections professionnelles. Pour la CGT, nous avons 6 élus au comité de groupe aujourd’hui. C’est loin d’être le cas au CSEC dont le fonctionnement anti démocratique fait, qu’aujourd’hui, la CGT (2ème OS du groupe) ne dispose d’aucun élu, uniquement des représentants syndicaux, qui n’ont pas le pouvoir de voter.
Si la direction veut concentrer tous les pouvoirs sur le CSEC nous demandons que la règle démocratique de la représentativité syndicale issue du vote des salariés s’applique dans cette instance.

Prochaine réunion de négociation : Vendredi 10 juin.
Imprimer cet article Télécharger cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.