la direction fait le minimum syndical !

Au 1er janvier prochain, Klesia remplacera Malakoff avec des garanties promises identiques.

La négociation portait sur la répartition de la cotisation entre l’employeur et le salarié : pas de grand BOUM !
la direction reste fidèle à elle-même et ne cherche pas vraiment à satisfaire nos revendications.

Pour autant, ces contrats Santé et Prévoyance nous semblent convenir au plus grand nombre et le montant des cotisations va varier dans une limite acceptable, quelques centimes. Nous avons obtenu par ailleurs que les taux n’évoluent pas pendant deux ans et que nous négocierons une nouvelle fois ces derniers avant la fin de cette échéance.

Mais quand même ! Proposer 0,025 de plus de la part employeur, c’est vraiment un petit geste plus que symbolique. Notamment lorsqu’on apprend que les plus hauts cadres membres de COVEA D vont pouvoir bénéficier des mêmes conditions.

Pour la CGT, nos revendications visaient une baisse de cotisation pour les salariés, surtout en prévoyance où les chiffres dérapent. Les absences de longue durée augmentent et c’est bien la conséquence de nos réorganisations multiples mises en place par notre employeur. La direction considère que l’objet de la négociation n’est pas d’aborder ce point, et nous précise que nous aurons des réunions l’année prochaine pour discuter de cet absentéisme.

Au global, cette négociation ne modifie pas fondamentalement l’existant. Une signature est requise dans les meilleurs délais afin de pouvoir mettre en place au 1er janvier prochain le nouvel assureur. Nous regrettons néanmoins l’absence de progrès significatif tant en termes de cotisation que de garanties.

 

Imprimer cet article Télécharger cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.